CR – La guerre en Ukraine : une guerre contre l’Occident ? Perspective historique sur les origines et enjeux de la guerre actuelle

Un an après l’invasion russe en Ukraine, l’heure paraissait propice pour l’équipe du séminaire d’Actualité critique à un retour sur le déclenchement de cette guerre, mais surtout sur certains débats intellectuels et médiatiques qui ont fleuri à la faveur de ce dernier. Ceux-ci ont notamment interrogé la nature de l’identité nationale ukrainienne, la solidité de l’État ukrainien, la légitimité de son pouvoir, ou encore les revendications de sa population, cette dernière ayant surpris tout le monde, spécialistes compris, par la ténacité de sa résistance.  

 

Le pouvoir et les médias officiels russes ont abondamment nourri ces débats, justifiant cette « opération spéciale » par la longue absence d’un État indépendant en Ukraine et la présence, si ce n’est le soutien par Kiev de mouvements nazis et néonazis. Le président Vladimir Poutine a d’ailleurs proposé sa propre lecture de l’histoire, dans laquelle la « révolution » de Maïdan de 2014 ne fut qu’un soulèvement orchestré par les pouvoirs occidentaux, un élément de plus dans la longue litanie des tentatives de subversion de l’Occident à l’égard de la Russie, qui aurait commencé au milieu des années 2000 avec les révolutions dites de couleur dans le voisinage russe. S’inscrivant naturellement en réaction à cette succession d’événements, l’intervention russe en Ukraine ne serait, pour le Kremlin, que la légitime réponse d’un État attaqué, ce que V. Poutine a encore rappelé dans sa dernière Adresse à l’Assemblée Fédérale russe. Ce faisant, il reprend à son compte une vision de l’histoire dans laquelle Russes, Ukrainiens et Biélorusses seraient les héritiers de l’État kiévien médiéval, des peuples frères, membres d’un même monde russe, et toute velléité d’indépendance des peuples ukrainiens ou biélorusses ne pourraient qu’être artificiellement importée de l’extérieur, de cet autre occidental. Le gouvernement de Kiev, marionnette occidentale et ennemi existentiel de la Russie, mènerait un travail de sape des fondations de la civilisation russe et des valeurs traditionnelles qu’elle incarne. Ce faisant, niant toute identité nationale à l’Ukraine, Poutine entendrait prouver que c’est l’Occident qui a tout fait pour séparer deux peuples « frères ». La guerre serait ainsi une guerre de valeurs, entre un Occident dépravé et décadent et la Russie, dernier rempart des valeurs et mœurs traditionnels, menacée jusque dans ses fondements et ce, à ses frontières. Pour le dire vite, une guerre occidentale par « procuration ».

 

Face à cette propagande poutinienne, les États, dirigeants politiques et médias occidentaux ont largement répandu l’idée d’une Ukraine symbole de la démocratie libérale à l’occidentale, menacée par l’autoritarisme néo-impérial russe. Au-delà des discours, ce soutien occidental à l’Ukraine s’incarne très concrètement : l’Ukraine a obtenu, le 24 juin 2022, le statut de pays candidat à l’Union Européenne, et semble avoir définitivement fait le choix d’adhérer aux valeurs et standards de celle-ci. Les pays occidentaux, États-Unis en tête, ont largement soutenu la révolte de 2014 et semblent décidés à lui fournir l’aide humanitaire, financière et militaire nécessaire pour gagner. La séance du séminaire d’Actualité Critique entendait dépasser ces rhétoriques axiologiques guerrières, et chercher dans l’histoire des relations entre Russie, Ukraine et Occident, des éléments qui puissent éclairer la situation actuelle et permettre de comprendre les forces à l’œuvre derrière les discours politiques.

 

Quatre invités ont participé à la discussion qui s’est tenue le 30 mars dernier, dont Juliette Cadiot, historienne, directrice d’études à l’EHESS et membre du CERCEC (Centre d’études des Mondes Russes Caucasien et Centre-Européen). Spécialiste de la période soviétique, elle a notamment travaillé sur la question des nationalités dans l’empire de Russie et en URSS. Isabelle Lasserre est quant à elle journaliste, correspondante diplomatique au Figaro, ex-reporter de guerre (Bosnie, Kosovo, Tchétchénie, Irak, Afghanistan et Ukraine), anciennement correspondante en Russie et ex-correspondante Défense. Serge Yosypenko, philosophe, directeur adjoint de l’Institut de philosophie de l’Académie des Sciences de Kiev, directeur de recherche à l’Université de Lausanne dans les champs de l’histoire intellectuelle et l’histoire de la philosophie en Ukraine, ainsi que la philosophie politique. Enfin, Oxana Yosypenko, philosophe, docteur d’État en philosophie, directrice de recherche à l’Institut de philosophie de l’Académie Nationale des Sciences d’Ukraine. Spécialiste de la philosophie du langage et de l’esprit, ainsi que de philosophie sociale, elle a également traduit de nombreux textes de philosophie du français vers l’ukrainien.

 

La séance s’est ouverte sur une interrogation : qu’implique la quête des « origines » de cette guerre dans l’histoire, que ce soit l’histoire des relations entre la Fédération de Russie et avant elle la République socialiste soviétique de Russie, et l’Ukraine, ou celle des liens entre Russie et « Occident », pour autant que ce dernier terme ait une signification claire ? Une mise en garde s’imposait d’emblée : ne pas tomber dans le déterminisme historique, en faisant de ces « origines » des causes, aux effets précis et inéluctables. Prendre garde également aux raccourcis historiques et terminologiques, volontairement employés dans les rhétoriques des régimes : s’il est indéniable que Kiev fut le berceau de la Rus’, l’on ne peut en conclure qu’elle fut le berceau de la Russie actuelle, et que cela justifierait une reconquête. Les moments de heurt, ou au contraire de grande proximité entre les peuples russe et ukrainien ne peuvent expliquer pleinement la situation actuelle, mais ils permettent d’apporter des éléments de compréhension, d’éclaircir les trajectoires de ces deux États.

 

Un premier temps de cette séance s’est donc attaché à réfléchir à la nature des relations entre les deux États et régimes, montrant comment depuis son indépendance en 1991, l’Ukraine s’est peu à peu rapproché des pays européens, puis de l’Union européenne. La question de l’identité nationale a été un défi à relever, face à une Russie qui s’était désignée comme l’unique héritière de l’URSS, alors même qu’elle avait été la première des Républiques socialistes à quitter le giron soviétique. Devenir indépendante de la Russie s’est posé comme une nécessité pour construire un État-nation et une démocratie. C’était sans compter la poursuite des volontés impérialistes de la Russie et l’évolution autoritaire du régime de Vladimir Poutine, fermement décidé à empêcher tout ancrage ukrainien à l’Ouest, vu comme une menace au maintien de la sphère d’influence russe dans son « étranger proche » (Blijniéié Zaroubiéjié). Oxana Yosypenko a notamment rappelé qu’il est dans la nature même d’un empire d’obéir à une logique d’expansion territoriale. Si la Russie de Poutine s’inscrit dans cette définition, et surtout, s’y inscrivait dès ses débuts, force est d’admettre que l’invasion en Ukraine n’a pas provoqué un changement de nature du régime russe mais répond à ce désir d’empire. C’était sans compter, également, sur le ressentiment mobilisé par les élites russes à l’encontre de cet Occident, à la fois rival et modèle, accusé d’avoir manqué à ses engagements envers la Russie et de l’avoir volontairement écartée de la gouvernance mondiale pour imposer à tous des principes libéraux.

 

            C’est précisément autour de ces relations entre Russie et Occident que la discussion s’est ensuite orientée, interrogeant le rôle de l’Occident dans la guerre en Ukraine, aussi bien en amont qu’au cours du conflit. Pour Isabelle Lasserre, l’accusation portée par Poutine d’une guerre occidentale « par procuration » est fausse : cette guerre est avant tout mené par l’Ukraine, et les pays occidentaux, pays européens en tête, ne font qu’assister les Ukrainiens en leur fournissant un soutien militaire sous forme d’armes, financier, et humanitaire pour repousser les troupes russes. Il n’y a pas, entre l’Occident et la Russie, de guerre au sens où Poutine l’entend : aucun pays occidental ne cherche à menacer la Russie sur son sol, l’aide se limite aux frontières ukrainiennes. Cela va à l’encontre de la chronologie réécrite par les élites russes, plaçant l’invasion en Ukraine au terme de multiples tentatives occidentales de déstabiliser la Russie, y compris à ses frontières. Les révolutions de couleur sont ainsi interprétées comme des manipulations par les forces subversives occidentales de peuples alliés de la Russie, Maïdan en 2014 et les manifestations en Biélorussie en 2020 venant compléter la liste. Face à la menace d’une tentative similaire directement sur le sol russe, le régime poutinien revendique qu’il a eu le devoir de réagir avant qu’il ne soit trop tard.

 

            Cette guerre est lue comme un conflit civilisationnel entre des systèmes de valeurs antithétiques, l’Ukraine en étant venue à incarner un David démocratique face au Goliath russe. Cette lecture idéologique doit cependant être perçue pour ce qu’elle est : une simplification, un discours de guerre. Si l’Ukraine, avant la guerre était effectivement sur le chemin de réformes démocratiques, et que le peuple ukrainien a maintes fois témoigné de sa volonté d’intégrer l’Europe, impossible de prétendre aujourd’hui que cet État est l’incarnation du régime démocratique à l’occidentale. Le chemin à parcourir est encore long, et les pays de l’Union européenne l’ont reconnu en octroyant à l’Ukraine le statut de candidat à l’adhésion, accompagné d’une série de conditions à son adhésion effective énoncées par la Commission européenne. Les rhétoriques de guerre sont donc présentes des deux côtés, afin de mobiliser les opinions publiques, que ce soit pour soutenir l’Ukraine ou pour soutenir « l’opération militaire spéciale » (spetsoperátsiya) russe.

 

Elsa Bouly


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe Actualité Critique (28 mars 2023). CR – La guerre en Ukraine : une guerre contre l’Occident ? Perspective historique sur les origines et enjeux de la guerre actuelle. Jeudis d’actualité critique Séminaire de l’École Normale Supérieure. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/alaw


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search