Médecine d’urgence en Syrie (semaine arabe de l’ENS, 11 avril 2018)

Cette séance tout à fait exceptionnelle d’Actualité critique s’inscrit dans le cadre de la Semaine arabe de l’ENS et pour cette raison aura lieu le mercredi 11 avril à 19h00 en salle des actes. Elle portera sur l’apprentissage de la survie et de la médecine d’urgence lors de la guerre en Syrie.

En mars 2011 s’est élevé le premier cri de révolte contre le régime en Syrie, d’abord initié par des graffitis d’enfants sur un mur à Deraa, étincelle qui s’est ensuite propagée à l’ensemble du pays. Sept ans après les premières manifestations, la violence a atteint un paroxysme : bombardements, attaques chimiques, zones civiles rasées…

Face à cette escalade insensée, les Syriens tentent de survivre sous les bombes, parfois assiégés, déplacés, sans répit. Comment s’organise la survie dans les zones de conflit ? Comment les civils tentent-ils de se protéger et de prendre en charge leurs blessés ? Hôpitaux de campagne, formations à la médecine d’urgence, équipes des casques blancs… Quels sont les moyens mis en œuvre pour affronter la terrible réalité du peuple syrien.

Les intervenants

Ameer Alhalbi est photographe indépendant. Il n’avait que 18 ans lorsqu’il commença à prendre des photos à Alep, accompagnant les équipes des casques blancs au secours des blessés lors des bombardements, capturant des instants d’une intensité poignante. Son travail a été récompensé par le prix Polka du photographe de l’année 2016, et le second prix du World Press Photo, catégorie Spot News. Une exposition de ses photographies aura également lieu tout le long de la Semaine arabe.

Raphael Pitti est médecin humanitaire, spécialiste de la médecine de guerre. Depuis 2012, il effectue de nombreux séjours en Syrie et multiplie les formations de médecins et secouristes. Il a récemment publié Va ou l’humanité te porte (Tallandier), où il raconte l’origine de son engagement et sa volonté d’assister ses confrères syriens.

Shaher Younes est réfugié en France. Activiste politique et humanitaire, il a travaillé pendant deux ans dans les hôpitaux de campagne à Alep, et a initié une levée de fonds permettant de couvrir la prise en charge médicale des femmes enceintes, entre autres initiatives. Bien qu’il soit atteint de poliomyélite et souffre d’un handicap, il a été arrêté et a passé plusieurs années en prison. Il livre aujourd’hui son témoignage sur la catastrophe humanitaire en Syrie et l’atrocité des sévices du régime.

 

Ameer Al Halbi, A man and boy evacuate an area in the rebel-held Hayy Aqyul neighborhood of Aleppo, following an airstrike, 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.