L’intelligence artificielle, entre fantasmes et recherche (5 avril 2018)

Le thème de l’intelligence artificielle est devenu omniprésent depuis quelques mois dans les médias, nourrissant à la fois des approches irréalistes et des fantasmes d’apocalypse. Laissant de côté slogans et raccourcis hâtifs, cette séance d’Actualité critique propose une approche pluridisciplinaire des notions en jeu (innovation, apprentissage profond, mégadonnées, algorithmes, méthodes statistiques, etc.).

Mise en perspective historique des enjeux et des progrès, fondements théoriques et informatiques de l’intelligence artificielle, analyses socio-économiques permettront d’ouvrir un large débat.

Programme :

  • Emilia Robin, historienne : “L’intelligence artificielle : quelques tendances du discours contemporain”
  • Guillaume Charpiat, chercheur en informatique : “Introduction aux réseaux de neurones (principes et exemples)”
  • Pierre Vandeginste, journaliste scientifique : “L’IA, serpent de mer et miroir aux alouettes”
  • Claude Ashenbrenner, consultant : “L’IA et nos jobs : entre extase et effroi, une tentative de déconstruction de quelques idées reçues”

Les intervenants :

Claude Aschenbrenner, après une longue carrière en informatique puis en audit, est maintenant consultant indépendant en management de la connaissance. Il aborde les technologies de l’IA d’un point de vue citoyen et critique en exerçant une veille intensive sur le sujet. Il produit également ponctuellement des synthèses visuelles sur l’IA sur son blog (www.serialmapper.com)

Guillaume Charpiat est chercheur dans l’équipe TAU, au LRI (Université Paris-Sud). Après un cursus mixte maths-physique à l’ENS, le DEA MVA et une thèse en vision par ordinateur (statistiques de formes; direction: Olivier Faugeras et Renaud Keriven), il effectue un post-doc dans l’équipe de Bernard Schölkopf (Max Planck Institute for Biological Cybernetics, Tübingen) et est recruté à l’INRIA Sophia-Antipolis en 2008. Ses thèmes de recherche évoluent progressivement de la vision par ordinateur vers l’apprentissage statistique et l’optimisation, et il rejoint l’équipe TAO (TAU) de l’INRIA Saclay en 2015, où il se consacre aux réseaux de neurones.

Emilia Robin, normalienne, agrégée et docteur en histoire contemporaine, est chargée de mission à l’ENS. Spécialiste des relations internationales durant la guerre froide, elle s’intéresse particulièrement aux contacts scientifiques Est-Ouest et aux humanités numériques.

Pierre Vandeginste : journaliste scientifique et technologique et, dans une vie antérieure, “jeune chercheur” et enseignant en informatique. Il collabore avec le magazine La Recherche depuis 1983, dont il a coordonné le numéro spécial de 1985 consacré à l’intelligence artificielle, devenue dès lors son sujet de prédilection. Il a  exercé des fonctions variées (grand reporter, rédacteur en chef, adjoint ou tout court, correspondant à San Francisco, rédacteur indépendant) dans de nombreuses publications, dont La Recherche, L’Événement du jeudi, SVM, 01-Informatique, FUTUR(e)S, XXI, Géo, Libération, Le Monde, Marianne, Les Échos, Capital.

En pratique : École normale supérieure, salle des actes

Jeudi 5 avril 2018, 17h30-19h30

Entrée libre et gratuite sans inscription

 

Pour aller plus loin :

Rapports :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.