Capitalisme de plateforme : incubateur de précarités ?

Uber, Airbnb, Deliveroo : avec l’essor du numérique, les plateformes de mise en relation de prestataires et de consommateurs ont gagné une place conséquente dans notre quotidien. Employant des auto-entrepreneurs, ces sociétés leur font miroiter un recrutement simplifié et une liberté totale concernant leur volume de travail, un modèle qui semble cependant aller de pair avec une perte de leurs droits sociaux. Quelles sont les conséquences de ces mutations sur les conditions de travail, sur les relations des travailleurs avec le patronat et les clients ainsi que sur les luttes syndicales?

Pour cette première conférence du cycle Actualité Critique 2019-2020, nous vous invitons à en discuter avec quatre invités, jeudi 10 octobre de 18h à 20h en Salle des Actes, au 45 rue d’Ulm.

Sarah Abdelnour, enseignante-chercheuse à l’Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO), est spécialiste des nouveaux prolétariats et a publié Moi, petite entreprise. Les auto-entrepreneurs, de l’utopie à la réalité (2017).

Arthur Jan, doctorant au Laboratoire interdisciplinaire sur la sociologie économique (Lise), prépare une thèse sur les livreurs employés par des plateformes.

Nous aurons également le plaisir d’accueillir deux membres du Collectif des livreurs autonomes de Paris (CLAP), qui partageront leur expérience du travail de plateforme.

Venez nombreuses et nombreux ! 


Le début des années 2010 et la généralisation des smartphones ont vu l’apparition d’un nouveau type d’entreprise : les sociétés dites « de plateforme », qui mettent en relation des prestataires et des consommateurs via une application en ligne. Employant des autoentrepreneurs, ces entreprises défendent une vision du travail fondée sur la responsabilité individuelle des travailleurs, qui gagnent théoriquement en autonomie, mais renoncent à des droits sociaux. Alors que la présence de travailleurs de plateforme dans le quotidien des consommateurs se banalise, des mouvements sociaux menés en 2017 par des livreurs de repas ont attiré l’attention des médias sur la précarité de leur situation. Faut-il alors souligner le succès des Uber, Foodora et Deliveroo, ou s’inquiéter de la précarisation des travailleurs qui semble lui être sous-jacente ? Pour apporter des éléments de réflexion sur cette question, nous proposons d’examiner les spécificités du travail de plateforme en trois moments.

Il nous faudra tout d’abord nous plonger dans le procès du travail de livreur et de chauffeur. Il s’agit d’appréhender toutes composantes propres à ce travail, à la fois les techniques développées, les activités de travail, la pénibilité, les risques, les rétributions matérielles et les précarités multiples. Le making out, l’ensemble des relations informelles ou formelles qu’entretiennent les travailleurs avec la plateforme doit également être discuté, quelles sont les relations entre les travailleurs et les intermédiaires nommés les « ambassadeurs », à la clientèle et aux autres agents réalisant un travail proche (VTC, taxi…). 

Pour poursuivre dans ce sens nous tenterons de comprendre la manière dont est produit le consentement à la plateforme. Plus qu’un nouveau modèle économique, le capitalisme de plateforme propose également une nouvelle économie du langage. Que mettre derrière les termes d’« ambassadeurs » et de « déconnexion de la plateforme » ? 

Cette forme de travail dont l’aspect « émancipateur » et « autonome » est régulièrement mis en avant par les travailleurs est souvent présentée comme nouvelle. L’intermédiaire de livraison, la plateforme, agissant comme un agent régulateur et de mise en contact, questionne le droit du travail et notamment la question du salariat. Le tribunal du travail de Londres a estimé en octobre 2016 qu’un agent Uber n’était pas self-employed mais bien un worker. Uber, Deliveroo et toutes les autres plateformes peuvent-elles être requalifiées comme des « patrons » ? 

Il nous faut également inscrire cette forme de travail dans le temps du travail dans une économie capitaliste. Comment lutter sur son lieu de travail lorsque celui-ci disparaît ? Les rencontres informelles devant les restaurants et les fast-foods permettent-elles réellement une organisation des travailleurs ? Comment lutter contre dans ce nouvel espace ? 

La question de la cible des revendications est également importante. Contre qui lutter ? L’absence d’une figure patronale visible complique le schéma des luttes sociales « traditionnelles » et implique de repenser les actions syndicales. 

Tels sont les questionnements auxquels nous tenterons d’apporter des clefs de compréhension le 10 octobre à 18h en salle des Actes (45 rue d’Ulm).

 

(Par Loïc et Romain, organisateurs de la conférence)

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.